Thursday, March 23, 2017

Développer l’agriculture bio sur une base commerciale

Le ministre veut assurer la transition vers l’agriculture organique, tout en encourageant les jeunes diplômés à se tourner vers les activités agricoles.

Des terrains ont été identifiés à Plaine-Magnien pour étendre le projet du «Bio Farming» réalisé à Britannia. Y aura-t-il un appel à des promoteurs comme pour la première ferme bio ? 
Laissez-moi vous rappeler qu’il existe un engouement total pour l’agriculture organique. Trop de maladies sont occasionnées par la présence de résidus de pesticides dans ce que nous consommons. Il nous faut absolument revoir notre mode de production de légumes et de fruits. D’où notre démarche à travers la création d’une première zone dédiée à l’agriculture organique à Britannia.
Avant cette ferme, nous avions lancé une expression of interest pour ce type de pratique agricole. Nous avions enregistré une cinquantaine de projets émanant de jeunes entrepreneurs. Une équipe de techniciens de mon ministère s’est attelée à la tâche de les étudier et de voir tous les aspects techniques. Après cet exercice, neuf projets fort intéressants ont été confirmés pour Britannia.
Les projets continuent à arriver à mon ministère, où une unité consacrée exclusivement à l’agriculture organique a été instituée. Quant au projet de Plaine-Magnien, nous le lancerons aussitôt que tout sera prêt.

Vous avez déclaré que cette ferme organique serait une plateforme de formation pour d’autres planteurs. Comment ? 
La ferme bio de Britannia doit être un exemple pour d’autres planteurs car ils verront l’application de techniques agro-écologiques grandeur nature. De plus, toute la ferme sera utilisée comme une ferme-école pour les techniciens et les autres fermiers. L’agriculture biologique n’est jamais statique. D’où l’importance d’une formation continue et évolutive pour les fermiers en place et ceux qui viendront apprendre des pionniers.
De plus, il est très important de noter que chaque site aura sa spécificité liée à la fertilité intrinsèque de la terre, à sa climatologie et à la végétation existante ou non, qu’il faudra créer. C’est la nature qui prend le dessus. La science et les connaissances livresques s’adaptent pour empêcher la détérioration irréversible du site.

Y a-t-il d’autres projets en vue de la transition vers une agriculture plus durable ? Des aides financières sont-elles prévues pour les agriculteurs ? 
Le ministère, à travers le FAREI, encourage les planteurs à adopter les bonnes pratiques agricoles dans la culture horticole, la culture vivrière aussi bien que dans l’élevage. L’utilisation raisonnée d’intrants chimiques est encouragée. Les produits chimiques dangereux sont déjà proscrits. Le FAREI a une série de publications destinée aux producteurs pour les accompagner dans cette direction.
Il y a aussi des CD interactifs pour permettre un accompagnement de proximité aux agriculteurs. Le ministère a mis au point le MAURIGAP I, le standard niveau I, pour démarrer. Il permettra aux agriculteurs de commencer graduellement la transition vers le bio, avec le moins de pertes en termes de productivité. Nous avons aussi introduit le Bio-Farming Promotion Scheme pour encourager le développement de l’agriculture organique sur une base commerciale.
Des aides financières sont prévues pour les agriculteurs afin de leur permettre d’investir dans la modernisation de leurs opérations agricoles. Ils auront droit à financement pour leur projet, aussi bien qu’à l’exemption de la TVA.

Une station expérimentale à Pamplemousses a déjà été convertie en station bio pour collecter le plus de données possible.

Qu’a-t-on prévu pour inciter les jeunes à ne pas se détourner de l’agriculture ? 
Les jeunes sont encouragés à se tourner vers les activités agricoles à valeur ajoutée, à travers les clubs. Un projet pour les encourager vers cette filière est à l’étude. Un accompagnement de jeunes diplômés sur une base pilote va démarrer sous peu.

Le Premier ministre a déclaré qu’il est désormais possible de contrôler la culture de légumes depuis son ordinateur. Pouvez-vous nous en dire plus ? 
L’informatique est devenue un outil qu’on peut utiliser pour améliorer la connaissance technique des fermiers. De plus, les outils tels que l’e-marketing permettent une pénétration ciblée du marché. Des facilités ont été mises en place pour le diagnostic en ligne. Le fermier peut faire identifier les ravageurs ou maladies qui attaquent sa culture, en expédiant des photos prises dans les champs aux laboratoires concernés.
Des données météorologiques recueillies (humidité et température) aux champs et analysées en temps réel au moyen de programmes digitaux peuvent prévenir l’incidence de maladies saisonnières. Ainsi, le fermier peut protéger sa culture et éviter des pertes conséquentes.
Pour les cultures intensives et industrielles, le GPS et le Geographical Information System (GIS) peuvent être utilisés pour affiner la correction de la fertilité de la terre de façon ciblée et régulière et gérer l’évolution des maladies aux champs avec précision. Ce qui contribue à éviter des pertes conséquentes à grande échelle.

En 2015, vous avez annoncé vouloir convertir 50 % de la production agricole en produits bio d’ici 2020. Sommes-nous sur la bonne voie ? 
Nous sommes sur la bonne voie. Déjà, nous pouvons diminuer notre dépendance aux intrants chimiques en les remplaçant par certains intrants bio. Des tests effectués aux champs ont donné des résultats prometteurs. Il y a des défis à relever car nous sommes dans un milieu tropical, où la présence de prédateurs et de maladies est très forte. Nous allons poursuivre nos efforts pour que l’objectif fixé soit atteint.

Article paru le 23.03.17 sur lexpress.mu

Friday, October 7, 2016

Mauritius Good Agicultural Practices - MauriGAP Campaign Video Advert

The MauriGAP is the Mauritian Standard for Good Agricultural Practices. The sensitisation campaign was launched on 06th October 2016 by Hon. M Seeruttun, Minister of Agro Industry and Food Security.

The MauriGAP will cover 3 levels, the 3rd one being comparable to international norms. An appeal has been made to all stakeholders to collaborate in order to make Mauritius move in the right direction - that is produce food of quality and safe - and along same line push further towards natural farming.

A certification agency, namely the Mauritius Agricultural Certification Body  has been setup under the aegis of the Ministry of Agro Industry and Food Security to certify farmers who have passed auditing exercises. The FAREI is actively training farmers on GAP / MauriGAP.



Thursday, October 6, 2016

Mauritius Good Agicultural Practices - MauriGAP Campaign Video Advert

The MauriGAP is the Mauritian Standard for Good Agricultural Practices. The sensitisation campaign was launched on 06th October 2016 by Hon. M Seeruttun, Minister of Agro Industry and Food Security.
The MauriGAP will cover 3 levels, the 3rd one being comparable to international norms. An appeal has been made to all stakeholders to collaborate in order to make Mauritius move in the right direction - that is produce food of quality and safe - and along same line push further towards natural farming.

Sunday, September 25, 2016

Event: Radio talk on pesticide containers disposal

CropLife Mauritius and the FAREI have collaborated to produce a series of radio talks on the Management and Disposal of Pesticide Containers that will be aired on Kool FM as from 26th September to 2nd October. Thé daily spot will be aired around 06:45 local time.


Don't forget that you can also listen to the program live via Internet by visiting mbctvradio.tv or just click here http://www.mbcradio.tv/sites/all/themes/mbcradiotv/templates/koolfm.html

Tuesday, September 13, 2016

Plan d’assistance financière pour la protection des fruits : Saison2016-2017

MINISTÉRE DE l’AGRO-INDUSTRIE ET DE LA SECURITÉ ALIMENTAIRE

COMMUNIQUÉ
Plan d’assistance financière pour la protection des fruits : Saison 2016-2017

Le Ministère de L’Agro-Industrie et de la Sécurité Alimentaire informe les producteurs de fruits (Letchis, mangues et longanes) et le public en général de la mise en place du Plan d’assistance financière pour la protection des fruits pour la saison 2016-2017. Ce plan vise à encourager l’achat de filets afin de protéger les fruits contre les oiseaux et les chauves-souris. La période de validité du plan s’étendra du 07 septembre 2016 jusqu’à la fin de février 2017.

Les bénéficiaires potentiels auront le droit à une subvention de 75% sur le coût du filet comme suit:-

  • Vergers : Subvention pour l’achat de filets pour couvrir 50% de la superficie du verger jusqu’à un maximum de 2 Arpents.
  • Arrière-cour : Subvention pour l’achat de filets pour couvrir un maximum de 5 arbres fruitiers.

(NB : Chaque bénéficiaire aura droit à une seule demande.)
Pour plus de renseignements et autres conditions, veuillez contacter le FAREI sur les numéros suivants, les jours de semaine, de 13:00 à 16:00 heures.
  1. Mapou Model Farm (Tel: 266 2087)
  2. Flacq Model Farm (Tel: 4138125)
  3. Rivière des Anguilles Demonstration Centre (Tel: 6262554)
  4. Plaisance Demonstration Centre (Tel: 6378112)
  5. Quatre Bornes Sub - office (Tel: 4663885)
  6. St Pierre Extension office (Tel: 4339350)
12 septembre 2016 

Reproduced from agriculture.govmu.org 13.09.16

Tuesday, August 30, 2016

World Food Day 2016 - Video Contest



MAISNET encourages everyone eligible as per rules and regulations set, to participate in this video contest. We wish you all the best in advance and may you raise our flag high. 

Did you know that food security is one of the biggest issues related to climate change? We want to see your ideas, thoughts and actions! Produce a video no longer than 1 minute and tell us about the issue, or even better, present a solution on how to feed our growing population in a changing climate.

You don’t need any professional equipment - videos can be shot on your smartphone or tablet. Upload your video to YouTube adding the hashtag #WFD2016VideoContest to the title and don’t forget to also fill out the form provided to be in with a chance to win.

Two winners will be selected, one by a jury and the other based on the number of views or likes on YouTube.

Winners will be announced on 14 October 2016 on the World Food Day website and FAO social media.

They will also be promoted by FAO offices all over the world, featured in an exhibition at FAO headquarters in Rome during World Food Week (10-14 October 2016), and receive a surprise gift bag and Certificate of Recognition.

For terms and conditions visit: http://www.fao.org/world-food-day/2016/contest/video/en/